L'apatite: une ressource de plus en plus recherchée

Mine Arnaud envisage d'exploiter un seul minerai : l'apatite. Il s'agit d'un minéral industriel à partir duquel on extrait le phosphore (P2O5) destiné à de nombreux usages mais principalement à la fabrication de fertilisants agricoles.

La roche extraite du sol sera broyée et traitée à même le site minier afin que l'on obtienne un concentré riche en phosphore. Au total, la mine produira annuellement 1,3 million de tonnes de concentré d'apatite destiné à la fabrication de fertilisants agricoles.

Des études sur le gisement démontrent que l'apatite de Mine Arnaud est d'une qualité exceptionnelle. Les particularités du dépôt de Sept-Îles sont :

• La richesse du concentré produit : à l'usine, le procédé de traitement concentrera l'apatite à une teneur de 39-40% de P2O5.

• La pureté d'une roche ignée : l'apatite n'est pas associée à des contaminants, qui sont de moins en moins tolérés en agriculture moderne (par exemple : arsenic, uranium, cadmium, etc.).

La demande pour l'apatite de grande qualité comme celle que l'on retrouve dans le canton Arnaud est en forte croissance depuis les dernières années.Plusieurs facteurs expliquent cette croissance :

• la demande de fertilisants dans les pays en voie de développement;

• le faible niveau des stocks de grains dans le monde;

• l'augmentation de la demande pour les plantes servant à produire des biocarburants;

• la forte demande pour des aliments de meilleure qualité;

• la fermeture de plusieurs mines d'apatite;

• la hausse des coûts de construction de nouvelles mines.

Un sous-produit : La magnétite titanifère

Sous-produit souvent associé aux gisements d'apatite, la magnétite titanifère est obtenue au cours du processus de concentration.

Actuellement, Mine Arnaud considère la magnétite titanifère comme un résidu minier puisqu'aucun marché économiquement viable n'a encore été créé pour ce sous-produit. Cependant, compte tenu des avantages tant environnementaux qu'économiques, Mine Arnaud tente présentement de créer un marché pour valoriser ce sous-produit plutôt que de le considérer uniquement comme un résidu.

La valorisation de ce sous-produit permettrait de réduire le volume du parc à résidus de près de 20 % en plus d'avoir des retombées économiques intéressantes pour le projet Mine Arnaud.